Navigation


 Annexes


 Retour au forum

   

Etudes Evolves ? Projet Liberi

Dieu tout puissant | Publié 14.07.17 19:24

Bruits de papier, rangement de stylos divers ; le scientifique s'installe. « ...C'est bon, ça enregistre ? Ah oui. Hum, raclement de gorge, ici Marcus Elohssa, identifiant 33-O-07 ; nous sommes le 21 février 2167 et je viens d'intégrer une nouvelle équipe au sein du département des Études Evolves. Nos recherches porteront sur un processus innovant de synthétisation chimique, destiné à simuler l'éveil du gêne muté E070 ; cela nous permettrait de mieux comprendre les phénomènes à l'origine de l'activation chez des sujets naturellement atteints, et peut-être même de les aider à se maîtriser. L'enthousiasme me gagne rien qu'à cette idée. Il faut... » Fin de la transmission.

Liberi. La hantise de ma vie. Pourra-t-on un jour me pardonner d’avoir pris part à cette atrocité, d’avoir apporté ma contribution à ces idées sorties du cerveau d’un homme malade ayant oublié où se situaient les limites de l’éthique et de l’humanité ? Je l’ignore. Probablement pas. Moi… Je ne me le pardonnerai pas. Jamais.

Ce document sera mon testament et ma confession. Si vous lisez ceci, c’est que je suis probablement mort – mais ils ignorent sans doute que j’ai déjà tout prévu. Après tout, je connais ces hommes et je sais qu’ils ne reculeront devant rien pour me faire taire et protéger leurs arrières, alors je ne vais pas me gêner : si je meurs, ils tomberont avec moi. En attendant… J’essaye de récupérer le plus d’informations. D’avoir le dossier le plus solide possible – je ne peux pas accuser Lowell et Tempest sans preuves irréfutables. Je ne peux pas leur laisser une seule chance d’en sortir intacts.

Liberi… C’était une grande idée, autrefois. Sur le papier, ce n’était déjà pas une idée noble, mais tout de moins intéressante et éthique. Que l’hôpital prenne en charge les enfants détecté evolve à la naissance dont les mères ne voulaient pas : plutôt que de les laisser finir dans des orphelinats d’Etat où ils grandiraient probablement mal et finiraient par perdre le contrôle de leur pouvoir, on pouvait leur permettre de grandir dans un endroit où ils seraient acceptés et où nous pourrions récupérer des données et en apprendre plus pour eux. Une idée intéressante… Si tous les partis étaient d’accord.

J’étais… Naïf. Non – stupide. Carter – Tobias Carter – le donateur pour ce projet, qui possède une bonne partie de l’hôpital… Je ne l’ai jamais croisé. Même Lowell et Tempest ignorent ce à quoi il ressemble, de ce que j’en sait – un donateur anonyme et des résultats exigés… Je refuse de croire que l’idée de Lowell et Tempest ait été aussi… Tordue dès le début. Ce sont d’excellents chercheurs. Mais… Je suppose que la demande pressante de résultat en a été la cause.

Les mères, donc… Ou les mères porteuses, plutôt. J’en ai vu quelques-unes, sur les dossiers des enfants. Des adolescentes, des femmes qui ne voulaient pas d’enfants. Elles sont régulièrement examinées pour pouvoir détecter toute anormalité. La première chose qui m’a perturbé, ce sont toutes ces injections. La composition du produit n’est jamais indiqué, juste quelques lettres – ne faisant pas parti de l’équipe chargée de s’occuper des mères, je n’ai jamais eu accès aux produits en question. Je pense même que seuls Tempest et Lowell savent la composition du produit. Pour le moment donc, je n’ai que des soupçons – mais voici les statistiques que j’ai pu récupérer :

85% de naissances de nourrissons possédant le gène chez les mères porteuses
13% de séquelles irréversibles chez les mères porteuses (que le nourrisson soit evolve ou non)
14% de séquelles irréversibles chez les nourrissons (que le nourrisson soit evolve ou non)
5% de morts chez les mères porteuses
9% de morts chez les nourrissons

Je ne sais pas trop quoi en déduire… Mais je sais que des statistiques pareilles ne sont pas le fruit du hasard. Le taux de naissance pour les evolves est de 35% - atteindre de telles statistiques relève forcément d’une manipulation pendant la grossesse.

« Ici Marcus. Les recherches ont pris un tour impressionnant. Toute l'équipe travaille d'arrache-pied, mais quelque chose me gêne. J'ai un mauvais pressentiment. Des collègues que je n'ai jamais vus auparavant me demandent de plus en plus les résultats de mes travaux, et lorsque je leur demande pourquoi, leurs réponses restent évasives. On dirait que quelque chose se trame juste sous nos pieds... »

Les enfants que nous gardons – ceux qui naissaient vivants et evolves, donc – sont emmenés dès la naissance dans l’aile de l’hôpital où nous travaillons. Je pense que l’une des raisons ayant permis à ce projet de voir le jour est la privatisation de l’hôpital – Carter peut faire absolument ce qui lui chante, puisqu’il siège à la direction. Je n’aime pas beaucoup ça – lors du projet Corporis, nous étions régulièrement visités par un comité d’éthique. Ici… Rien. Je suppose qu’au vu de ce que nous faisons, l’éthique est le moindre de leurs soucis.

Les enfants… Ils sont tous incroyables. Réellement. Je veux dire – les pouvoirs qu’ils possèdent sont incroyable. Ils sont intelligents, puissants mais fragiles – ce ne sont que des enfants, élevés sans famille dans un programme qui s’intéresse uniquement aux résultats qu’ils génèrent. Ils… Non, nous. Tous les jours, il s’agit de la même routine – levé, déjeuner, injections, sports, injections… J’ignore le contenu de ce qu’on leur injecte, encore une fois – mais ça ne peut pas être quelque chose de bénins. Leurs pouvoirs se dérèglent régulièrement – l’un des enfants à mis le feu au canapé de la salle de repos, provoquant une réaction en chaîne de pleurs et de pouvoirs non contrôlés. Nous avons dû les sédater avant de les ramener dans leurs chambres… Enfin, leurs cellules – j’imagine qu’on peut difficilement appeler autrement quelques mètres carrés avec un lit.

« ...Il paraît que sa mère a voulu le récupérer, finalement. Elle l'a vendu, elle croyait quoi ? Qu'on lui rendrait une fois qu'on aurait trouvé ce qu'on cherchait ? Ces gens-là ne comprennent rien à la science : qu'elle s'estime heureuse d'avoir mis bas sans y rester. De toute manière, à l'heure actuelle, DEZ180 arrive en fin de course ; il ne survivra pas à une prochaine crise. Il va falloir s'en procurer d'autres si on ne veut pas que quinze ans d'expérimentations ne tombent à l'eau... »

Parfois, certaines mères prennent contact pour récupérer leur enfant. Elles sont systématiquement refoulées et plus personne n’entend parler d’elles. J’espère qu’elles vont bien… Mon dieu, faites qu’elles aillent bien. Parfois, également, certains enfants… Meurent. Ils meurent. Les injections, je pense. Ils ne sont pas… Equilibrés. Les crises sont fréquentes, violentes. Les tests sont éprouvants pour eux et pour nous – ce qu’on leur fait subir…

« Il en reste de moins en moins, le virus les affecte plus qu'on ne l'avait cru. C'est la merde. Encore un an, quoi, dix mois, et j'aurai réussi à stabiliser un sujet ! Mais non, il a fallu que ce putain de T8G6 s'en mêle. Et il y autre chose. J'en mettrai ma main au feu. Quelqu'un nous espionne. »

L’une des expériences a été de voir leur… Réaction au virus. Le T8G6… C’était…

Immonde. Ces enfants…

Les cadavres ont pour la plupart été incinérés, comme de vulgaires… Enfin. Ils… Ils n’étaient que des enfants. Ils auraient pu être les nôtres. Ils n’ont… Rien demandé. Jamais. Absolument jamais. Ils ne sont pas… Ce ne sont pas des enfants. Plus. Ils ne rient pas. Jouent à peine… Même les plus jeunes ont le regard sombre et restent silencieux. Tout ça pour… percer le mystère de l’ADN evolve. Quelle blague… J’ignore ce que Carter recherche – je ne le saurai probablement jamais. Chacun s’occupe de son travail, sans échanger avec ses collègues. Nous sommes surveillés, monitorés pour éviter les contacts entre nous. Mais…

Je n’ai pas pu résister. J’étais obligé. De contacter quelqu’un. D’en parler. De… Raconter tout ça. Et j’ai eu de l’aide – un peu. J’ai réussi à faire sortir certains des enfants… C’était une opération mal menée. Je voulais bien faire, mais… Les plus vieux étaient avec moi et restaient silencieux, me suivant pour ce qu’ils pensaient être une nouvelle expérience. Et… Ils ont compris – après tout, ils n’en restent pas moins intelligents. Nous ne nous dirigions clairement pas vers les salles de test. On a tenté de nous arrêter et… L’un des enfants a craqué. Littéralement. Il a mis le feu à l’agent de sécurité et ensuite…

C’était… Horrible. L’odeur de la chair brûlée, les pleurs des plus jeunes au loin, ceux que je devais faire passer ensuite… Les enfants ont commencé à se battre. En vain. Ils sont morts pour la plupart ce jour-là – morts par ma faute, parce que j’ai essayé de… Les sauver. Quel idiot. Quel imbécile… Certains furent repris… D’autres disparurent dans la nature. Seul l’un d’entre eux s’était cramponné à moi. JHG009… Je sais qu’il est bien traité aujourd’hui. Mais… J’ai échoué sur toute la ligne.

Enfin. Ma quête touche à sa fin aujourd’hui… J’ai fini par réunir tout ce dont j’avais besoin. Je vais transmettre ce dossier – ainsi que mes confessions ici couchées – aux autorités. En espérant que les choses changeront…

« Le Conseil supérieur ordonne la fermeture expresse du laboratoire de l'aile Ouest. Nous exigeons que tout individu ayant eu une part de responsabilité dans ce crime réponde de ses actes. Le Gouvernement est sommé de prendre les mesures nécessaires afin de... »

[pièces jointes]  [PJ 1] [PJ 2] [PJ 3] [PJ 4] [PJ 5a - PJ 5b] [PJ 6a - PJ 6b] [PJ 7a - PJ 7b]

À propos de l'auteur